PODCAST – Marine Descombe : Le Beaujolais au coeur

Lorsque l’on parle du Beaujolais, on pense tantôt aux préjugés qui sont attachés à cette région viticole, tantôt à l’esprit de celles et ceux qui font du Beaujolais une terre d’accueil. Marine Descombe, mon invitée sur mon podcast Vin’pertinent fait justement partie de ces ambassadeurs du Beaujolais.

Marine représente la cinquière génération d’une entreprise productrice de vins dans le Beaujolais et en Bourgogne. Elle est à la tête de l’une des dernières maisons de négoce familiale de la région, c’est-à-dire d’une maison qui n’a pas été rachetée par un grand groupe, ce qui, vous le verrez, importe beaucoup à mon invitée. C’est avec sa douce voix que Marine Descombe nous parle de son histoire. C’est avec des yeux qui pétillent que Marine nous parle de son terroir, et c’est avec grande humilité que j’ai écouté cette femme passionnante. On parle de ce que ça représente pour elle d’être une femme dans ce monde viticole ; des valeurs du Beaujolais et des engagements green de Vins Descombe. Bonne dégustation.

Marine Descombe, héritière d’une affaire familiale ambitieuse

Vins Descombe c’est une histoire familiale qui dure depuis 1905. Marine en représente la cinquième génération mais elle n’est pas seule : elle a la chance de travailler avec son frère et son mari qui chacun occupent des rôles importants. Loin de la peur de mélanger de trop travail et vie privée, Marine voit le véritable avantage de travailler avec des personnes de confiance, surtout lorsqu’il faut faire face à la pression du monde des affaires tel qu’il est aujourd’hui. 

La famille Descombe, illustration du bon sens paysan 

J’adore cette expression de « bon sens paysans« , celle des décisions logiques, sans détour, qui prennent sens au regard de l’époque à laquelle elles sont prises. C’est cette expression qui pour moi décrit le mieux Vins Descombe et ses acteurs. C’est l’arrière grand-père de Marine qui fonde l’entreprise en démarrant comme grossiste en vin en s’installant à Saint-Etienne-des-Ouillères, au coeur du Beaujolais, au pied du Mont Brouilly. 

Progressivement le commerce se développe et les opportunités fleurissent. La polyculture pratiquée par la famille permet de nourrir les travailleurs des vignes pendant la guerre, épargnant l’entreprise de la catastrophe économique. Vins Descombe continue de prospérer. Le grand père de Marine prend les reines et fait le choix au regard de l’évolution des tendances de consommations. Les gens commencent à passer commande depuis chez eux avec la mode du téléachat. Vins descombe saisit cette opportunité et lance le principe de la commande groupée commande de bouteilles groupés et ne vend plus seulement aux cafés et restaurants.

C’est le père de Marine qui lance voit grand et se lance dans le grand export. Direction la Chine, avec structure d’importation et distribution. Il apprendra le vin aux populations locales notamment en Chine, au Kirghizstan et au Vietnam.  

L’arrivée de Marine Descombe dans l’entreprise familiale 

Si l’entreprise s’appelait initialement Vins F. Descombe en lien avec la lettre qui débutait les prénoms des hommes de la famille, il a fallu faire quelques ajustements à l’arrivée de Marine. Cette jeune femme qui s’était engagée dans les voies (impénétrables) de la finance, des auxdites, du luxe et la métallurgie lourde, s’est vue proposer de reprendre l’activité de commerce de vin. 

Marine nous explique que le veritable defi dans cette aventure n’aura pas été de s’imposer en tant que femme chez Vins Descombe – son éducation ayant été parfaitement hermétique aux appréciations des genres. C’était plutôt de s’imaginer à la tête de cette entreprise, dans un secteur qu’elle ne connaissait finalement que très peu. Marine se lance dans l’aventure. Avec son père, ils se donnent 6 ans pour voir si ça peut fonctionner.

Marine va progressivement tombée amoureuse de cette vie de cheffe d’entreprise du Beaujolais. Son père ayant la passion de la transmission de connaissance à cœur, elle va rapidement comprendre et apprécier toutes les ficelles de son métier en découvrant pendant deux ans tous les postes qui constituent Vins Descombe. Marine affirme dès à présent vouloir avoir la chance de transmettre les clés à ses héritiers avec la même passion qu’elle a pu connaitre, elle, à ses débuts. Elle s’associera avec son frère et son mari Kevin plus tard.

Marine Descombe, militante en faveur du renouveau de la région viticole du Beaujolais!

Plus elle observe son terroir, plus elle en est fière. « Avec le gamay on peut tout faire, ce n’est pas le cousin du pinot noir pour rien« . Une chose est sûre, le Beaujolais est une région qui mérite de retrouver ses lettres de noblesse.

La vinification en parcellaire : une richesse essentielle en Beaujolais

En effet 12 000 analyses du sol ont été réalisées en Beaujolais, ce qui a mené a classé le terroir de cette région géo parc mondial de l’UNESCO, un des 7 territoires classés en France : de quoi faire si on veut s’amuser a produire des vins aux styles bien différents. Si en Bourgogne on parle de climat, en beaujolais on parle de lieu dit cadastral . La vinification se fait donc selon la logique de « une cuve = une parcelle ». Ces territoires déterminés permettent donc de faire ressortir toutes les caractéristiques du sol avec le Gamay.

Le Beaujolais nouveau a t-il tué l’image du Beaujolais ?

Pour Marine la réponse se trouve assez facilement : c’est non. Le Beaujolais mesure 50km de long et a réussi a se faire connaitre mondialement pour l’événement du Beaujolais Nouveau. Comment ne pas être reconnaissant des efforts réalisés dans le passé pour mettre en lumière cette région viticole bien décriée. Le Beaujolais Nouveau c’est dans un sens permettre au gens de déguster un vin comme s’ils étaient dans le chai et qu’ils goutaient directement à la cuve : merveilleux ! Convivialité et partage sont les clés de ce qu’on appel la Beaujonomie cet état esprit des gens du Beaujolais. Cette Beaujonomie, en temps de Covid nous rassemble et c’est ça dont on a besoin, c’est ça qui fait du bien.

Le Château de Pougelon : les ambitions de valorisation du Beaujolais.

La famille Descombe acquiert il y a peu de temps le Château de Pougelon datant du 17ème siècle, situé non loin de leur entrepôt. Coup de coeur de l’histoire de la famille car les propriétaires vendeurs ont été mariés par le grand-père de Marine. C’est naturellement donc qu’ils souhaitent vendre le château a cette famille. En 2016 C’est chose faite et le Château de Pougelon devient le manifeste en faveur de la biodiversité. En quelque mot, on parle ici de :

  • Conversion à la viticulture biologique,
  • d’arrachage de vignes pour une plantation plus intelligente :mise en place de vigne à 2mètres et non plus au raz du sol comme c’est le cas pour les tailles en gobelet afin d’installer des couverts végétaux pour nourrir les sols
  • plantation de haies, arbustes tout autour des parcelles pour protéger les vignes des vents du nord et à plus forte raison du gel
  • plantation d’arbres dans les vignes pour mettre en place un système mycorhizien efficace et permettre aux végétaux de s’équilibrer et de s’envoyer les nutriments nécessaires par les racines.

Ces investissements de grande ampleur s’étalent sur 10 ans et son mu par l’urgence climatique et l’urgence de faire renaitre les sols du Beaujolais, de plus en plus pauvres.

Le conseil de Marine pour tous les curieux et curieuses du vin 

Vous avez à présent l’habitude de la question de fin de podcast : Quel est votre conseil pour un débutant du vin ? Pour Marine Descombe une des clés d’entrée c’est de commencer avec le Beaujolais Nouveau.

Essayer de gouter de vins de plusieurs terroirs, de plusieurs producteurs, de domaines indépendants ou de cave coopérative, de négociants; en rosé en rouge … Être ouvert d’esprit avec ces vins, manger avec le vin pour découvrir de nouveaux aspects. En bref, ne pas se limiter. Il faut prendre sa voiture, aller dans les domaines : car c’est simple de passer la porte d’une propriété et de découvrir les trésors qui s’y cachent.

Merci beaucoup à toi Marine. J’espère également, chers auditeurs et auditrices, que vous avez apprécié cet épisode. A mes yeux, s’il faut retenir une phrase de cette échange, c’est bien celle-ci : 

«  Le beaujolais nouveau, vin éphémère est le teasing de chaque millésime. C’est un vin qu’on a la chance de découvrir assez tôt. C’est un eu comme si on vous ouvrait nos caves et qu’on vous disait : venez avec votre verre, venez à la cuve et venez gouter le vin nouveau. Consommez le de novembre à Pâques, avant même les vins du millésime. Ça permet de découvrir chaque millésime qui est unique en avant première. » Marine Descombe


Vous souhaitez me donner un petit coup de pouce ?

  • Parlez du podcast autour de vous, dans la vie réelle et/ ou sur les réseaux sociaux
  • Offrez moi quelques mots en mettant un avis et en notant le podcast sur Apple podcast
  • Abonnez vous à Vin’pertinent sur votre plateforme d’écoute pour ne rien manquer des prochaines conversations autour du vin !

Si vous avez une idée d’intervenant.e, de personne inspirante du vin, n’hésitez pas à me le faire savoir !

Vous souhaitez découvrir le vin autrement en ma compagnie ?

📹 Pour les vidéos, tout se passe sur YouTube. Pour apprendre le vin pas à pas à travers des questions thématiques.

📸 Pour les photos, tout se passe sur Instagram. Pour découvrir les dessous d’une passion

💬 Pour les réseaux, ça sera l’éternel Facebook !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.