PODCAST – Discussion avec Matthieu Barret : vigneron de Cornas, entre plaisir et créativité

C’est une bouteille de petit ours que l’on ouvre lorsqu’il y a une bonne nouvelle à annoncer, à la maison. Depuis que j’ai mon permis de conduire c’est en compagnie d’un vin de Matthieu Barret que je partage ma joie. Après tout, je suis une enfant de la Vallée du Rhône, alors comment célébrer sans un Cornas ? Impossible de répondre à cette question. En revanche, ce qui a été possible pour Vin’pertinent, c’est d’aller à la rencontre de Matthieu Barret, en personne pour qu’il me confie son histoire.

Aujourd’hui je vous partage ma conversation avec Matthieu Barret, un ambassadeur de Cornas, dernier village de la Vallée du Rhône nord, et père de la cuvée petit ours.

Matthieu est un vigneron quasi hyper-actif de la création. Pour sûr que chez les Barret on ne se repose pas sur ses lauriers. Entre cuvées du domaines, cuvées du négoce, cuvées entre copains : ce vigneron n’a pas fini de nous surprendre. Personnellement, dès que l’on a une bonne nouvelle à annoncer à la maison, c’est vers Matthieu Barret que l’on se tourne. C’est d’ailleurs pour cela que je suis très heureuse de pouvoir le recevoir dans ce podcast.

Nous discutons ici de son choix de devenir vigneron qui n’était pas si évident au regard de son histoire de famille, de son image de marque, de la place qu’il accorde au négoce etc.

Matthieu Barret ou l’évidence du métier de vigneron

On pourrait spontanément penser que le vin, dans la famille de Matthieu, ça a toujours été évident, que c’est une histoire de famille en somme, comme pour beaucoup. J’ai découvert à l’occasion de notre conversation que ça n’a pas été si simple pour Matthieu de s’imposer et d’affirmer son envie de faire de la vigne son métier. 

Et pourtant, les vignes, les Barret les avaient ! Initialement le vignoble étaient exploité par d’autres vignerons ; les raisins servaient aux caves coopératives. D’ailleurs, Matthieu a débuté dans le monde du vin par un bref passage dans ce type d’établissement, pour rapidement vouloir prendre son indépendance.

Progressivement Matthieu récupère l’ensemble du vignoble, le fait croitre, assure une culture biodynamique et très vite la machine est lancée : le Domaine du Coulet se développe. Rapidement l’idée de faire des cuvées en négoce germe, ainsi que faire du vin avec ses copains. Peu importe la cuvée, peu importe le type de vin, peu importe le nombre de vin qui ont permis sa création : ce qui compte c’est le plaisir. 

Vin et créativité, un duo évident pour Matthieu Barret 

Il y a trois écoles lorsque l’on entend parler de Matthieu Barret : ceux qui connaissent les cuvées « classiques » du domaine, soit Le Domaine du Coulet. Mais il y a également les amateurs de son vin de négoce ainsi que des trois barbus, une gamme qu’il compose à six mains, avec ses amis vignerons. 

Alors le vin, pour Matthieu, c’est une histoire de diversité, de créativité et de coup de cœur. Des cuvées les plus classiques aux plus folles, le vigneron se fait plaisir dans sa création, de la viticulture, qu’il pratique en biodynamie, à l’étiquette. En effet, il fait appels à de nombreux amis graffeurs de la région, qui lui composent des étiquettes plus incroyables les unes que les autres. 

Matthieu Barret a renforcé cette idée qui était la mienne depuis mes premiers pas dans le milieu viti-vinicole : le vin c’est la garantie de ne jamais s’ennuyer. L’important, c’est que le vin soit bon.  

une grande partie de la gamme de Matthieu Barret : sacré photo de famille

Conseil de Matthieu Barret, vigneron de Cornas, passionné et créatif

Comme pour tous mes invités, je pose à Matthieu ma question signature : qu’est-ce que tu conseillerais à un débutant du vin ? Pour l’ambassadeur de Cornas la réponse est évidente : il faut boire le vin sans se poser de question. Boire le vin comme on boit quelque chose c’est l’assurance de ne pas trop l’intellectualiser : de se faire confiance. La seules question qui compte c’est : « est ce que je trouve ça bon, ou non ? » 

Merci beaucoup pour cet échange Matthieu. J’espère également, chers auditeurs et auditrices, que vous avez apprécié cet épisode. A mes yeux, s’il faut retenir une phrase de cette échange, c’est bien celle-ci : 

Si je restais dans l’idée de cornas, dans l’idée des crus, dans l’idée du vin, celui que j’ai connu avant qui a un peu explosé aujourd’hui avec le vin naturel : on allait faire des vins qu’on n’aimerai pas

Matthieu Barret

On se retourne le 17/05 pour découvrir un entretien croisé avec les créateur du Chai Saint Olive, le premier chai urbain deLyon. En attendant, portez vous bien : Santé !


Vous souhaitez me donner un petit coup de pouce ?

  • Parlez du podcast autour de vous, dans la vie réelle et/ ou sur les réseaux sociaux
  • Offrez moi quelques mots en mettant un avis et en notant le podcast sur Apple podcast
  • Abonnez vous à Vin’pertinent sur votre plateforme d’écoute pour ne rien manquer des prochaines conversations autour du vin !

Si vous avez une idée d’intervenant.e, de personne inspirante du vin, n’hésitez pas à me le faire savoir !

Vous souhaitez découvrir le vin autrement en ma compagnie ?

📹 Pour les vidéos, tout se passe sur YouTube. Pour apprendre le vin pas à pas à travers des questions thématiques.

📸 Pour les photos, tout se passe sur Instagram. Pour découvrir les dessous d’une passion

💬 Pour les réseaux, ça sera l’éternel Facebook !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.